Le mouvement : la pâture et son cycle

__________________________________________________________________

__________________________________________________________________

LA PÂTURE

La pâture est une culture de plantes fourragères, principalement composée de graminées et de légumineuses, destinée à être pâturée. Les plantes fourragères rentrant dans la composition de cette pâture sont pour les graminées le dactyle pelotonné, l’agrostide blanche, la fétuque élevée, la féole des prés, le paturin des prés et le ray-grass anglais, pour les légumineuses le trèfle blanc, la luzerne,le sainfoin et la vesce.

__________________________________________________________________

__________________________________________________________________

LES ETAPES DU CYCLE DE LA PÂTURE

  • Le déblai : un délaissé urbain, un sol pauvre composé de terre et gravats. L’hydroensemencement : Le site de projet est un sol pauvre composé de terre et de gravats. Les mouvements de terre importants étant proscrits sur ce terrain, nous proposons de recourir à la technique de l’hydroensemencement . L’hydroensemencement est une technique utilisée depuis une cinquantaine d’année pour ensemencer de vastes espaces, qu’ils soient agricoles ou routiers. Cette technique est rarement utilisée en ville de par la taille réduite des sites à ensemencer. Cette dernière permet cependant l’ensemencement de sites difficiles d’accès, pauvres ou pentus comme dans le cas du Rôtillon et cela sans remodelage du terrain, ni apport de terre végétale. L’hydroensemencement consiste en un mélange d’eau, de paillis, de graines, de fertilisant et d’agents de rétention. Le tout est mélangé dans un grand récipient et pulvérisé sur le sol. Il s’avère excellent pour planter des plantes sauvages ou fourragères et pour stabiliser les sols et éviter l’érosion. L’hydroensemencement crée un micro-environnement idéal pour la germination des graines. Après la courte période de temps que prend la zone hydroensemencée pour pousser, elle est enracinée plus profondément et s’avère être en meilleure santé qu’une zone ensemencée de façon traditionnelle. L’avantage supplémentaire de l’hydroensemencement est un coût limité en comparaison d’autres techniques plus traditionnelles.
  • La pousse : La construction et l’apparition d’un nouveau paysage.
  • La tonte : La consommation d’un paysage idéalisé par la tonte des moutons, l’absorption du mythe, puis sa digestion. En parallèle, les moutons viennent engraisser le sol par leurs excréments et favoriser ainsi la reprise du cycle.

__________________________________________________________________

__________________________________________________________________

LES ROUX DU VALAIS

Cette espèce indigène du canton de vaud de couleur brune ou rousse est élevée depuis un peu plus d’un an par les services des parcs et promenades de la ville de Lausanne. Notre désir de faire intervenir les moutons au coeur de la ville a trouvé un écho en la personne de Mickaël Rosselet-Christ, responsable du cheptel, avec qui nous nous sommes entretenus pour connaître la faisabilité du projet. Ainsi, nous nous inscrivons précisément dans la logique de la ville de Lausanne de trouver des nouvelles formes d’urbanité en
innovant avec des pratiques décentrées et recontextualisées.

Recently