L’immobilité ou le discours sur l’éternel

__________________________________________________________________

__________________________________________________________________

LA GESTION DU POINT DE VUE

Sur des palissades de chantier positionnées en haut de talus dans le prolongement de la palissade de bois actuelle, une découpe est réalisée pour l’inscription “Et in arcadia ego”. Contrairement aux éléments et événements du cycle de la pâture, cette installation est présente tout le temps du festival. Cette inscription rappelle au visiteur qu’il se trouve en paradis et, dans un même temps, la déchéance et la mort prochaine de ce paysage. La découpe des palissades permet l’orchestration de vues sur la pâture. Des projecteurs à découpes lumineuses implantés sur les mâts d’éclairage public existant en contrebas de la pâture projettent une lumière à travers les inscriptions de la palissade reportant ainsi le message sur la façade de la rue du Rôtillon.

__________________________________________________________________

__________________________________________________________________

LA MISE EN PLACE D’UN DISPOSITIF SONORE

Fixés sur les mâts d’éclairage public, des hauts parleurs “ligne 110v” diffusent de façon autonome une création sonore mêlant discours et évocations. Ce travail de création sonore brossera une peinture critique de l’imaginaire et du fantasme de la pastorale. Des banquettes en béton peintes en rouge permettent aux visiteurs de faire halte sur leur parcours et de profiter de l’oeuvre sonore. Le niveau sonore sera calibré de manière à ne pas représenter de gêne pour les riverains (un système de minuterie pourra être envisagé).

__________________________________________________________________

__________________________________________________________________

Recently